ZAZOUING !

Sans jazz, pas de swing et sans swing, pas de zazous !

Durant l’Occupation, le swing fut pour toute une jeunesse un symbole de liberté et de lendemains qui allaient chanter et danser ! Un remède imparable à une époque des plus sombre !

Le spectacle musicale des Zazouings, est un cocktail tonique, de chansons et de moments de comédie, qui permet de se replonger dans cette page d’Histoire et de musique au travers des aventures d’un trio au swing imparable : la frétillante Lucienne, le Pinson de la Butte aux Caille et sa voix si envoutante, l’enjoué et virevoltant Jimmy de Belleville armé de son soubassophone et de sa trompette 100% swing, et l’ombrageux Pat Calouais tricotant les mélopées sur sa guitare millésimée.

Vive les Zazouings avec leur « surprise partie » clandestine et son illustre programme :Charles Trénet, Ray Ventura et ses fameux collégiens, Johnny Hess, Marie Bizet, Yves Montand, Boris Vian, Django Reinhardt…..

Les Zazous

Pour la presse Collaborationniste de 1942, elles et ils sont « des filles et des garçons de France qui dés la fin du premier disque de swing se ruent sur le buffet, bâfrent, ingurgitent, goinfrent, avec des regards de sagouins, des miam miam de gougnafiers. Ils s'embrassent, se tripotent» En résumé, de jeunes dégénérés puisqu’il était inconvenant de danser alors que tant de français étaient morts au combat ou languissaient dans des camps de prisonniers.

C'est ainsi que des bals clandestins s'organisent à Paris comme en Province puisque pour le

gouvernement de Vichy: "il est interdit de danser". C’est donc par les bals clandestins que se fera une autre forme de Résistance, avec ces jeunes adeptes du swing, cette danse fraîchement importée des Etats-Unis.

Le swing.

Sans surprise, Les vichystes, et les réactionnaires de tout poil aboient et déclarent que c’est une « danse anglo-judéo-négro-hérétique ! Bref, une danse de sauvages! » . Qu'en aurait pensé le célèbre Cab Calloway qui fut, sans le savoir, à l’origine du mot Zazou, via son très swing « Zaz Zuh Zaz », sortie en 1933 ? Une onomatopée reprise par Johnny Hess en 1938 dans son fondateur « Je suis swing ».

A voir, à écouter :

Irene (trad. Arrangements Zazouing)

Je suis swing (Johnny Hess)

Fais moi mal Johnny (Boris Vian, Alain Goraguer)

 

Concerts à venir :

- Samedi 29 juillet 20H30 : off du Festival de Jazz à Andernos. soirée de l'association La Byrinthe

- Vendredi 4 août 20H30 : Guinguette de Pombonne, Bergerac

- Vendredi 11 août :
1ere nuit sous les étoiles. Saint Laurent des Hommes.

- Vendredi 18 août 21H30 : La Guinguette du Moulin, Porchères

- Samedi 23 septembre 21H : Cercle de Rions (33)

- vendredi 29 septembre 21h : Citadelle de Bourg sur Gironde

- Samedi 18 novembre 21H : Cercle de Brocas (40)

contact:

Sébastien Faure. 06 80 87 70 57
Aline Videau. 06 67 49 49 00